Simulation de crédit et rachat de credit

10 questions pour comprendre l’assurance auto et faire un devis en ligne

L’assurance auto en 10 Questions

Beaucoup d’entre nous ont déjà souscrit une assurance auto, pourtant son fonctionnement n’est pas connu de tous et peu s’avérer quelquefois un peu complexe. Nous avons tenté de regrouper les questions essentielles autour de l’assurance auto afin de vous permettre de mieux comprendre et choisir l’assurance auto qui vous convient le mieux.

Notre outil de simulation d’assurance auto permet en quelques clic de trouver une assurance auto pas chère. Attention toutefois à bien comparer les offres de services associés, comme le dépannage, le montant de la franchise ou la proximité de l’assureur que allez choisir.

« Faites une simulation en ligne d’assurance auto. C’est Gratuit et sans Engagement »

Il vous suffit de remplir en quelques minutes le formulaire de simulation d’assurance auto. Nos partenaires se chargent de vous envoyer un devis d’assurance au meilleur prix. Rien de plus simple pour comparer les tarifs et les services de votre assurance.

1. Assurance tous risques ou au tiers, différences et conséquences

L’assurance au tiers, pour les autres

Derrière une simple évidence, se cache un choix décisif et bien plus compliqué qu’il n’y paraît. En optant pour l’assurance au tiers, vous êtes couvert de manière minimale pour les dégâts que vous causez à des tiers, mais les dégâts que vous pourriez subir vous ou votre véhicule ne seront pas pris en charge. Si votre voiture vient à être volée ou détruite suite à un accident, à un incendie, vous ne toucherez rien. Vous vous retrouverez alors sans solution de rechange autre que vos propres économies.

L’assurance tous risques, pour vous aussi

L’assurance tous risques prévoit le vol, la destruction suite à un accident, l’incendie, certains intempéries et nombre d’autres situations qui peuvent causer des dommages à votre véhicule. Vous serez ainsi remboursé pour ne pas vous retrouver démuni d’un moyen de vous déplacer. Le coût d’une assurance tous risques est bien sûr plus élevé que l‘assurance au tiers, mais il sera moins élevé qu’un remboursement par vos propres moyens en cas d’accident. Même si votre voiture est ancienne, vous toucherez une somme d’argent pour procéder à son remplacement, vous pourrez éventuellement bénéficier d’un prêt de véhicule, d’une assistance particulière, selon les conditions de votre couverture.

Une assurance tous risques pour une voiture ancienne ?

Choisir une assurance tous risques ou une assurance au tiers ne doit pas se faire uniquement selon l’âge de votre véhicule mais selon les services qu’il peut encore vous rendre. Même si votre voiture a dépassé les 200 000 kilomètres, si elle roule sans problème et ne vous demande que des réparations d’entretien courant, pourquoi risquer de la voire détruite sans remboursement ? L’assurance au tiers peut être utile si vous savez que vous changerez bientôt de voiture à vos frais ou si son état est tel qu’elle ne vous rapportera rien en cas de destruction, mais choisissez-la avec la plus grande prudence et n’hésitez pas à demander ce que sont les options que vous pourriez éventuellement ajouter.

2. Bonus, malus, à quoi servent-ils ?

Pourquoi vous sanctionner avec le malus, ou vous récompenser avec le bonus ?

Bonus et malus servent à responsabiliser les conducteurs en imposant à ceux qui conduisent mal des majorations, puisqu’ils sont potentiellement plus dangereux, pour eux comme pour les autres. Cette dangerosité coûte aussi aux assurances et aux sociétaires qui doivent assumer des remboursements plus nombreux. Le malus punit donc ceux qui coûtent plus cher aux sociétés d’assurance, quand le bonus récompense ceux dont la prudence permet aux compagnies de réaliser des économies en leur permettant à eux aussi d’en faire.

Bonus et malus, comment augmentent-ils ?

Le malus augmente avec le nombre d’accident dont vous êtes responsable, mais pas seulement. De petits sinistres ne seront pas toujours remboursés par l’assurance adverse mais parfois par la vôtre, même si vous n’êtes pas responsable. Cela permet de réduire les délais de paiement et les formalités. Le bonus, lui, augmente chaque année passée sans sinistre déclaré. Votre bonne conduite et votre prudence sont ainsi récompensées par une baisse de tarif régulière.

Ne pas déclarer ses sinistres ?

Le bonus comme le malus évoluent donc en fonction des sinistres que vous déclarez à votre assurance. Cependant, ne cédez jamais à la tentation de ne pas déclarer un sinistre. Vous ne profiteriez pas des services d’un expert, seul capable de déterminer la gravité d’un accrochage ou d’un accident. Les conducteurs ayant un bonus important sont parfois réticents à déclarer leurs accidents, mais s’il possèdent leur bonus depuis quelques années, il leur est possible de ne pas subir une augmentation de tarif s’ils n’ont pas de nouvel accident dans un délai défini. De plus, si vous veniez à connaître des troubles médicaux par la suite, ils ne seraient pas pris en charge par votre assurance, alors que vous possédiez une protection dévolue. Il serait dommage de vous retrouver dans une impasse financière quand vous payez pour être assuré.

3. Comment gagner du bonus sur mon assurance auto ?

Comment payer moins cher votre assurance auto avec un meilleure bonus ?

Gagner du bonus sur votre assurance auto est très simple, il vous suffit de bien conduire… et de faire très attention aux autres conducteurs. Vous pouvez en effet être victime d’un accrochage léger et voir votre bonus diminuer malgré tout si votre assurance doit prendre en charge les frais. Vous devrez donc redoubler de prudence et conduire pour vous et pour les autres, pour ne pas assumer leurs erreurs.

Méfiez-vous aussi de ceux qui en veulent à votre véhicule

Vous devrez également protéger votre véhicule des tentations. Ne laissez rien traîner qui pourrait pousser à une effraction. Des frais de réparation répétés pourraient finir par nuire à votre bonus. Si vous avez la possibilité de rentrer votre véhicule la nuit ou lorsqu’il reste inutilisé pour une longue période, prenez la peine de le faire. Vous le protégerez ainsi des mauvaises intentions, qu’il s’agisse de simples volontés de dégrader ou de réelles tentatives de vol.

Effacer son malus et retrouver du bonus

Si vous avez du malus, il vous faudra ne pas avoir d’accident responsable pendant deux ans pour le voir disparaître. Vous repartez alors de zéro pour le bonus/malus, ce qui correspond au coefficient 1. Chaque année sans sinistre, vous verrez votre coefficient se rapprocher de 0,50, coefficient minimal. Il faut en général 13 années sans sinistre pour atteindre le bonus maximal. C’est une période très longue, surtout si vous roulez régulièrement.
C’est pour cela que les assureurs ne dégradent généralement pas votre bonus au premier accident responsable. Il serait injuste de vous faire payer à la première erreur alors que vous n’avez pas eu de souci depuis des années. Certains assureur proposent également aux conducteurs ayant un bonus maximal de ne plus jamais le perdre. Vous avez tout intérêt à en profiter si vous avez atteint le fameux coefficient 0,50, pour ne pas perdre vos avantages parce qu’un seul jour vous avez été malchanceux.

4. Comment payer moins cher son assurance auto ?

Quelles solutions pour économiser sur votre assurance auto ?

Payer moins cher pour son assurance auto n’est pas toujours simple. Il vous faudra tout d’abord étudier avec soin les offres disponibles pour sélectionner celle qui vous correspond : kilométrage annuel, type et état du véhicule, lieu de stationnement, nombre de conducteurs l’utilisant, etc. Une fois ces critères bien définis, vous pourrez vous renseigner avec la certitude que vous obtenez des indications utiles et utilisables par la suite. Multipliez alors les devis gratuits en ligne, les demandes de renseignements, la simulation d’assurance auto, pour trouver une offre intéressante pour votre cas.

La fidélité en matière d’assurance auto paye-t-elle ?

De nombreux assureurs offrent des réductions aux nouveaux clients, il est agréable d’en profiter, mais vous devez être bien sûr que votre prochaine année chez le même assureur, celle sans réduction, sera malgré tout intéressante. Si ce n’est pas le cas, tournez-vous vers un autre assureur ou soyez prêt à recommencer vos recherches l’an prochain, en sachant que vous perdez toute possibilité de profiter des avantages liés à l’ancienneté au sein d’une même compagnie. De nombreuses compagnies récompensent en effet leurs clients les plus fidèles par des offres et réductions diverses, mais il vous faudra le demander le plus souvent. N’hésitez pas à le faire et à changer de compagnie si rien ne vous est offert alors que vous êtes assuré depuis plusieurs années, d’autres assureurs sauront récompenser votre constance.

Une fois votre assurance auto trouvée, existe-t-il d’autres solutions ?

Une fois votre assurance trouvée, vous pouvez réduire votre cotisation en stationnant votre véhicule dans un lieu couvert et protégé, en assurant des conducteurs ayant un coefficient de bonus/malus favorable et en sachant ajuster vos options à la qualité réelle de votre voiture. C’est ensuite la prudence qui vous permettra de réduire votre tarif d’assurance. Vous pouvez également jouer sur le tarif de votre assurance auto en regroupant vos différentes assurances (domicile, protection juridique, véhicules de vos enfants, etc.) Cela vous donne du poids lors des négociations avec votre agent d’assurance et vous permettra le plus souvent d’obtenir d’intéressantes réductions.

5. Conducteur désigné, secondaire, occasionnel, quelle différence ?

Une voiture, plusieurs conducteurs, quelle assurance auto ?

Lorsqu’un véhicule est utilisé par plusieurs personnes, il vous faut le signaler à votre assurance, pour éviter tout problème en cas de sinistre. Quel que soit le conducteur de votre véhicule au moment d’un accident non responsable, vous n’avez pas de souci à vous faire, puisque ce sera l’assurance de la personne responsable qui fonctionnera. Dans le cas d’un accident responsable par le conducteur de votre véhicule, si les clauses du contrat d’assurance sont respectées (donc connues du conducteur et du propriétaire du véhicule !), l’assurance pour le tiers fonctionnera. Les clauses fixeront les conditions de remboursement des dégâts occasionnés à votre véhicule. Il n’existe pas de règle générale, et vous devrez vous pencher sur votre police d’assurance pour savoir à quoi vous attendre.

Quelle utilité à ces désignations par les assureurs ?

Les règles du conducteur désigné, conducteur secondaire, conducteur occasionnel serviront surtout à votre assurance à définir la franchise qui s’applique en cas d’accident responsable par l’un de ces conducteurs. Chacun d’entre eux est désigné au moment de la souscription du contrat. Le coefficient de bonus de chaque personne entrera en ligne de compte dans la définition du tarif de votre assurance auto. Ne cherchez pas à faire passer le conducteur avec le plus de bonus pour le conducteur désigné si tel n’est pas le cas.
Si la personne qui conduit le plus la voiture n’est pas définie comme conducteur désigné, vous multipliez les chances de devoir déclaré un sinistre causé par le conducteur secondaire ou par un conducteur occasionnel sur le contrat. Vous devrez alors assumer une franchise parfois importante qui vous fera amèrement regretter les quelques économies éventuellement réalisées. Si vous désirez aider un conducteur débutant à améliorer son coefficient, vérifiez scrupuleusement que la déclaration comme conducteur secondaire ou conducteur occasionnel a un impact effectif sur son bonus.

6. J'ai eu un accident, je vais payer plus cher ?

Autant de réponses que de cas et d’assureurs

Il n’existe pas de réponse toute faite à cette question, tant les variables sont nombreuses. Cela dépend en effet de votre assureur, de votre ancienneté au sein de votre compagnie, de l’ancienneté de votre bonus et de son montant, de la date de votre dernier accident, de la part de responsabilité que vous avez dans l’accident en question et dans vos éventuels accidents précédents. Cependant, quelques règles s’appliquent le plus souvent et devraient vous permettre de définir si oui ou non vous devez vous attendre à payer une assurance auto plus chère.

Le cas particulier du bonus maximal

Si vous possédez le bonus maximal (coefficient 0,50) depuis plusieurs années, vous n’aurez probablement pas de majoration si vous n’êtes pas responsable d’un nouvel accident dans les deux années suivant le premier. De même, si vous n’avez pas eu de responsabilité dans un accident depuis plusieurs années, votre assureur pourra se montrer conciliant, d’autant plus si vous êtes assuré chez lui depuis longtemps, puisqu’il faut bien que la fidélité dans ce domaine ait une utilité. Veillez bien aux conditions qui pèsent sur vous suite à cet accident, pour ne pas vous faire surprendre dans le futur en cas de majoration importante.

Un accident non responsable et une augmentation de tarif, est-ce normal ?

Sachez que si vous n’êtes pas responsable, vous pouvez contester toute augmentation de tarif, et vous avez tout intérêt à le faire, puisqu’il n’y a pas de raison que vous soyez contraint de payer pour les fautes d’un autre. Le système de bonus/malus sert à privilégier les conducteurs prudents, il ne doit pas être utilisé à d’autres fins. Vous avez également la possibilité de changer d’assurance suite à toute modification de tarif, n’hésitez pas utiliser ce droit si vous estimez que vous devez assumer les fautes d’un conducteur imprudent. Ne subissez pas les augmentations comme une fatalité, les tarifs d’assurance doivent être âprement négociés eux aussi, osez le faire.

7. Franchise d'assurance auto, qu'est-ce que c'est ?

La franchise d’assurance au seuil

La franchise auto, tout comme le bonus/malus, a un rôle de responsabilisation des assurés. Il existe deux types de franchises, le premier est la franchise définissant un seuil d’intervention. Il s’agit de fixer un montant en deçà duquel les frais de certaines réparations ne sont pas remboursés et restent à votre charge. Cela évite la multiplication des demandes résultant d’une négligence des assurés. Au delà du seuil défini, les frais sont intégralement pris en charge par votre assurance, parce qu’il relèvent d’un cas suffisamment important pour être reconnu comme sinistre.

La franchise absolue d’assurance

Le second type de franchise est la franchise absolue. Il s’agit, cette fois, d’ôter de tout remboursement un montant défini ou proportionnel au total. Il faudra, dans ce dernier cas, veiller au seuil maximal défini dans votre contrat d’assurance. Là aussi, il s’agit de responsabiliser l’assuré en ne l’invitant pas à considérer que son assurance prendra tout en charge, quel que soit le souci.

L’influence de la franchise sur votre tarif

Le montant de la franchise influe énormément sur le montant de votre cotisation d’assurance auto. Une franchise élevée vous permettra de profiter de mensualités moins élevées, mais vos remboursements éventuels seront bien moins intéressants. À l’inverse, en acceptant de payer une assurance auto plus chère, vous profiterez de franchises moins élevées en cas de sinistre.

Beaucoup d’assurances proposent aujourd’hui des couvertures bris de glace sans franchise. Cela semble logique puisqu’un éclat sur un pare-brise ou le bris d’un accessoire comme un rétroviseur extérieur peut survenir malgré toute la prudence du conducteur, et cela à de nombreuses reprises si l’état des routes empruntées laisse à désirer. Dans tous les cas, faites-vous expliquer clairement le type de franchise auquel vous êtes soumis et tenez-en pleinement compte lors d’un sinistre, pour ne pas être déçu par le montant du remboursement que vous obtiendrez de votre assurance auto.

8. Assurance pour jeunes conducteurs, comment bien démarrer ?

Faire ses premiers kilomètres en tant que jeune conducteur

Les jeunes conducteurs rencontrent parfois beaucoup de difficultés à se faire assurer, il leur faut pourtant bien commencer leur vie au volant et, pour cela, s’assurer en leur nom propre. Il en va souvent de même pour ceux, plus vieux, qui passent leur permis tard. Quelques solutions sont disponibles pour faire ses premiers pas sur la voie menant au bonus maximal.

La première de ces solutions est la compagnie d’assurance s’adressant spécialement aux jeunes conducteurs. Elle prend en charge les débutants de tout âge, leur propose des couvertures plus restrictives pour que les prix ne soient pas prohibitifs. Ainsi, en redoublant de prudence, les jeunes conducteurs peuvent se créer une expérience qui leur permettra d’aborder plus facilement les offres classiques d’assurance auto par la suite. La solution de la compagnie dédiée aux jeunes conducteurs est simple, mais elle est souvent très coûteuse. Elle ne sera à envisager qu’après avoir soigneusement épuisé les demandes auprès des autres assureurs.

Profiter de l’ancienneté de vos parents dans la compagnie

Aux conducteurs débutants dont les parents sont déjà assurés, nombre de compagnies proposent des offres intéressantes qui leur permettront de se créer un bonus intéressant. Il faut cependant que les parents aient une certaine ancienneté dans la compagnie pour pouvoir profiter de ces services, et que cette ancienneté soit le plus souvent exempte de problèmes et de sinistres.

Sachez être raisonnable et patient pour trouver une assurance auto moins chère

Dans tous les cas, les jeunes conducteurs devront rester modestes quant à la voiture qu’ils pourront faire assurer dans un premier temps. Les grosses cylindrées, les voitures puissantes et les modèles réputés pour leur nervosité ou pour plaire aux voleurs n’ayant déjà pas les faveurs des assureurs, les jeunes conducteurs devront se créer un passif irréprochable sur une voiture passe-partout et de puissance modeste, avant de prétendre aux véhicules plus imposants et réservés aux conducteurs plus aguerris, ceux ayant déjà prouvé à leur assurance qu’ils savaient être prudents.

9. Mon assureur peut-il refuser de continuer à m'assurer ?

Mon assureur ne veut plus m’assurer, en a-t-il le droit ?

Oui. Le contrat qui vous lie à lui est défini pour une période à l’issu de laquelle il peut être reconduit par un accord commun, ou rompu par l’un des contractants. Certes, la procédure de rupture d’un contrat reste assez inattendue, mais votre assurance reste une société voyant son intérêt avant tout, et si vous présentez un profil qui n’est plus en accord avec ce qu’elle attend de ses clients, elle peut tout à fait légalement cesser de vous assurer.

Vous gardez des droits avant de perdre votre assurance auto

Naturellement, vous gardez des droits et vous ne pouvez pas être privé d’assurance du jour au lendemain. Votre assureur doit vous signaler son refus de continuer à vous assurer avant la date de renouvellement de votre contrat ou suite à un changement de votre situation. S’il estime dans ce dernier cas que vous présentez désormais un risque aggravé, il peut refuser de continuer à vous assurer. Il lui faut pour cela vous prévenir dans les 10 jours suivant votre déclaration de changement de situation. Sachez de votre côté que tout changement de situation doit être déclaré au plus vite. En effet, vous pourriez ne pas être couvert si vous déclarez un sinistre à un endroit alors que vous êtes assuré ailleurs par exemple. Dans le cas où la résiliation interviendrait alors que vous avez intégralement payé votre cotisation, un remboursement au prorata de la période déjà couverte devra avoir lieu.

Et après la résiliation par mon assureur ?

Une fois votre contrat résilié régulièrement à l’initiative de votre assureur, vous devrez rapidement chercher une autre compagnie. N’hésitez pas à demander un relevé de situation à votre assureur, il ne peut vous le refuser puisque vous en aurez besoin pour vous assurer à nouveau. Les démarches auprès des autres compagnies risquent bien sûr d’être compliquées, mais vous n’avez pas le choix, assurer votre véhicule est une obligation avec, au minimum, une assurance au tiers.

10. Que couvre vraiment mon assurance auto ?

Savez-vous vraiment comment vous êtes protégé ?

Votre assurance couvre ce qui est prévu par votre contrat d’assurance. C’est une évidence qu’on oublie pourtant souvent, laissant passer des occasions d’être remboursé, occasions pour la couverture desquelles l’on paie pourtant une cotisation d’assurance auto. Ainsi rechigne-t-on souvent à faire remplacer son pare-brise ou ses rétroviseurs alors que la plupart des assurances auto couvrent le bris de glace sans franchise.
De même, beaucoup de compagnies vous proposent le remboursement de certains accessoires bien définis par votre contrat. Pourquoi payer vous-même pour leur remplacement alors que vous payez déjà pour qu’ils soient assurés ?

Plus de services que vous ne le pensez sûrement

Avez-vous vérifié les services auxquels vous avez droit ? Lorsque vous tombez en panne, nombre de compagnies vous fournissent gratuitement un service de dépannage ou font l’avance des frais de taxi, train, etc. Si vous ne le savez pas, vous payez pour ces services inclus dans votre police et vous payez en plus sur vos fonds propres pour un dépannage, pour votre billet de train, pour votre course de taxi.
L’assurance auto étant une obligation, on s’en débarrasse le plus souvent en veillant au tarif le plus bas, omettant ainsi d’utiliser pleinement tout ce à quoi l’on a droit. Si vous accordez de l’importance au tarif de votre assurance, sachez le rentabiliser en utilisant tout ce qui vous est proposé.

Connaître ses droits, c’est être mieux protégé

De même, si vous ne savez pas exactement ce contre quoi vous êtes protégé, vous ne pourrez pas rouler aussi sereinement que vous le devriez. En étudiant votre contrat une bonne fois pour toute, vous saurez exactement comment réagir le moment venu de faire face à une panne loin de chez vous, lorsque vous ne pouvez que constater le vol de votre véhicule, lorsqu’un incendie vient de le détruire sous vos yeux, etc. Vous payez pour une assurance, utilisez-la pleinement, sinon à quoi bon chercher le meilleur tarif ?